Archives mensuelles : novembre 2007

Hermès 48. Racines oubliées des sciences de la communication

Le n°48 sera en librairie le 22 novembre 2007


Racines oubliées des sciences de la communication
Sous la direction de Anne-Marie Laulan et Jacques Perriault 

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Toutes les sciences, toutes les connaissances sont dorénavant prises dans un rapport de force entre le politique, le scientifique et l’économique. De même, la plupart des professions liées à la connaissance et à la culture s’inscrivent désormais dans une logique de communication politique. L’information et la communication sont donc au coeur des enjeux de la connaissance et de la société. Mais deux idéologies réductionnistes menacent ce tout récent domaine. Le scientisme, ou refus de reconnaître la cohabitation de logiques de nature différente. Le technicisme, qui ramène la complexité de la communication aux seules performances des systèmes techniques. C’est oublier que le succès technique et marchand n’a de sens que s’il répond à des besoins humains et sociaux. Ce numéro d’Hermès a pour ambition de remonter aux sources des sciences de la communication, reconnues comme domaine spécifique de connaissance au milieu du XXe siècle. Pourquoi s’intéresser à ces racines oubliées des années 1950-1970 ? Parce qu’elles éclairent les enjeux actuels. Parce que ces travaux de recherche ont souvent eu leur origine dans des mouvements militants, culturels, militaires, professionnels ou médiatiques. Les protagonistes en sont divers, les scènes multiples, les références parfois contradictoires. Un seul terme générique ne peut convenir à rendre compte de l’ensemble de ces actes, de ces initiatives et de ces théorisations partielles. Comment interpréter les remous du temps présent si la genèse en est déniée ? Ce numéro a la volonté de renouer avec les filiations, de rendre hommage aux figures oubliées, de lutter contre la tyrannie de la modernité, de réintroduire la profondeur du temps et la diversité des références. Enfin, ce numéro est appelé à devenir un ouvrage de référence pour quiconque s’intéresse à la communication et à tous les débats théoriques et politiques qu’elle suscite.