Archives de catégorie : Revue Hermès

[Parution] Hermès 77. Les incommunications européennes

Les incommunications européennes
Sous la direction de Joanna Nowicki, Luciana Radut-Gaghi et Gilles Rouet. 

Vous pouvez d’ores et déjà commander la version numérique sur Cairn. La version papier est disponible sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

En 1957, le traité de Rome donnait naissance à la Communauté économique européenne. Soixante ans plus tard et après six vagues d’élargissement, l’Union européenne compte désormais 510 millions de citoyens, répartis dans 28 pays. Mais institutions et géographie se superposent sans toujours s’articuler, et les Européens ont souvent des visions différentes du monde, des frontières, de la politique, de leur destin.

Ces situations d’incommunication se produisent parce qu’il existe un fonds commun : l’accord implicite des peuples sur l’existence d’une identité européenne et sur la grandeur du projet. L’europhobie actuelle n’est pas majoritaire et ne remet pas en cause structurellement l’utopie européenne. Trois incommunications coexistent : 1) au sein des 28 ; 2) entre les Européens de l’Ouest et l’Europe centrale et orientale ; 3) entre l’Europe et sa façade sud. Leur examen montre à la fois la distance entre les Européens et ce qui les rapproche.

Pourquoi la plus grande utopie politique, économique, culturelle de l’histoire du monde n’est-elle pas plus valorisée par les Européens eux-mêmes ? Pourquoi, malgré leurs différences, ne sont-ils pas plus fiers du travail accompli et de l’exemple que représente l’Europe pour le reste du monde ? Le projet européen ne signifie pas l’imposition d’un consensus, l’injonction d’une européanité subie. Il implique au contraire l’acceptation de l’autre, sa reconnaissance et la discussion. En un mot, la négociation, qui est au cœur de la communication politique et des objectifs de la revue Hermès. Le présent numéro propose de mieux comprendre ces incommunications européennes, d’en explorer les sources et de contribuer à promouvoir ce modèle de communication si unique dans l’histoire du monde.

[Parution] Hermès 76. Le renseignement, un monde fermé dans une société ouverte

h76couvLe renseignement, un monde fermé dans une société ouverte Sous la direction de Nicolas Moinet et Franck Bulinge. 

Vous pouvez d’ores et déjà commander la version numérique sur Cairn. La version papier est disponible sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Évoluant entre mythes et réalités, le monde du renseignement intrigue, inquiète ou fait fantasmer. Dans une société ouverte, les services secrets peuvent-ils encore faire l’économie de la communication lorsque l’on sait que ne pas communiquer, c’est déjà communiquer ? De la surveillance planétaire exercée par l’hyperpuissance étasunienne au renseignement dans la sphère privée, en passant par les nouvelles fonctions développées au sein des entreprises (intelligence économique, datamining), le renseignement a évolué et n’est plus seulement un métier de seigneurs destiné à une aristocratie d’État s’adonnant au « grand jeu » du bal des espions. Désormais, c’est toute la société qui est prise dans un système où un nombre croissant d’acteurs deviennent, parfois simultanément, producteurs et consommateurs de renseignements. Accessibles au plus grand nombre, les technologies de l’information et de la communication rendent même certains acteurs privés plus performants que bien des agences d’État…

Plus que jamais indisciplinée, la revue Hermès a fait le pari de questionner ce monde fermé dans une société ouverte. Ce numéro pose ainsi la question de la place du renseignement à une époque où la logique bureaucratique est bouleversée par l’abondance des informations, des interactions et des réseaux. En donnant au renseignement ses lettres de noblesse académique – à l’instar des intelligence studies anglo-saxonnes –, ce numéro fixe des points de repères dans une mutation anthropologique qui n’en est sans doute qu’à ses prémices. Comment parler de société de l’information ou de la connaissance sans réfléchir aux mutations du renseignement, qui redistribuent les rapports entre monde fermé et société ouverte, public et privé, secret et transparence ?

[Parution] Hermès 75. Langues romanes : un milliard de locuteurs

Le n° 75 est en librairie

herm_075_l204Langues romanes : un milliard de locuteurs
Sous la direction de Michaël Oustinoff et Louis-Jean Calvet. 

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

 

4° de couverture

Avec un milliard de locuteurs, les langues romanes, issues du latin, constituent un potentiel impressionnant en termes d’espace communicationnel et conceptuel. Elles représentent un contrepoids à l’extension du « tout-anglais », dont les limites sont désormais connues au sein même du monde anglo-saxon. D’ailleurs, le British Council place parmi les dix plus importantes langues du XXIe siècle l’espagnol, le français, le portugais et l’italien. Les langues romanes, mais aussi slaves ou arabes, représentent un élément indispensable de la diversité culturelle telle qu’elle a été reconnue en 2005 par l’Unesco. Impossible en effet de vivre dans un monde ouvert, interconnecté, sans respecter les identités culturelles, au premier rang desquelles les identités linguistiques. On pense, rêve, crée, dans une langue, le plus souvent maternelle. Sinon, après quelques années de triomphe du globish (si pratique, si moderne), on assistera à la révolte des peuples pour préserver leurs identités culturelles.

Le défi de la mondialisation est au moins autant culturel qu’économique et politique. Le problème n’est pas l’existence d’une langue minimum commune, comme l’est aujourd’hui l’anglais, mais la sauvegarde de toutes les autres, condition de la diversité humaine. Oui à tous les apprentissages linguistiques, à tous les déplacements, à condition de préserver les aires linguistiques. La diversité est la condition de la mondialisation, la standardisation l’antichambre des conflits. Pas de mondialisation pacifique possible donc sans respect de la diversité culturelle. Les langues romanes, sans prétention hégémonique, en sont un élément déterminant, d’autant qu’elles sont mondiales. Elles sont aussi indispensables pour l’Europe, notamment pour éviter de croire que le monolinguisme anglais en simplifierait la construction… Les langues romanes ? L’avant-garde de cet immense chantier politique de la cohabitation culturelle à construire pour essayer de conjuguer paix et mondialisation.

 

[Parution] Hermès 74. La voie des sens

Le n° 74 sera en librairie le 2 juin 2016

09017-Hermes74La voie des sens
Sous la direction de Brigitte Munier et Éric Letonturier

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Que la communication engage les cinq sens tombe sous le sens… Ce n’est hélas pas toujours le cas. En effet, la civilisation occidentale a établi la prédominance de la vue et de l’ouïe, et la dévalorisation du toucher, de l’odorat et du goût, réputés « animaux ». La dictature des écrans et des casques confirme aujourd’hui cette mise en ordre en nous engageant dans des formes de communication de plus en plus désincarnées. Une réaction semble pourtant se produire, avec des initiatives tous azimuts pour valoriser les « sens de l’intime » : ateliers olfactifs, culinaires, œnologiques, thérapies manuelles, etc. Tout se passe comme si notre époque voulait remettre en question la vieille hiérarchie des sens et découvrir de nouvelles façons, plus chaleureuses, d’expérimenter les relations avec autrui et avec le monde.

Par ailleurs, les sciences humaines, la médecine, la biologie et les neurosciences malmènent nos certitudes : la classification de nos sens ne serait qu’un choix culturel parmi d’autres, nous aurions plus de cinq systèmes sensoriels et nos perceptions fonctionneraient d’une façon globale, croisée et multimodale. De ce foisonnement de projets et de recherches, on attendrait une communication plus authentique et ouverte à l’altérité. Las, le besoin de sensualité a beau être exprimé de différentes façons, il échoue souvent face à des angoisses plus profondes. La vulnérabilité de la chair, par exemple, menacée par la maladie et la déchéance, nous terrifie, étouffant le désir de jouissance et refermant l’individu sur lui-même.

Pour rendre justice à ce domaine si complexe, ample et vivant et en dévoiler les multiples facettes, Hermès a choisi d’en diversifier les approches : à côté de contributions universitaires et pluridisciplinaires, on trouvera des témoignages et des récits. L’objet de ce numéro ? Dans une société ouverte et interactive, comment revaloriser les sens, à la hauteur de la difficulté de les vivre, sans céder ni au réductionnisme ni aux fausses évidences du sens commun ?

Hermès 73. Controverses et communication

Le n° 73 sera en librairie le 4 décembre 2015

h73_dem-copie

 

Controverses et communication
Sous la direction de Romain Badouard et Clément Mabi 

 

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

 

4° de couverture

Scandales sanitaires, conflits d’aménagement du territoire, accidents industriels ou surveillance généralisée : notre environnement scientifique et technologique est régulièrement sujet à controverses. Depuis près de trente ans, les sciences humaines et sociales ont construit des méthodes d’analyse pour saisir ce que celles-ci nous disent de l’évolution des rapports entre sciences et société. Ce numéro d’Hermès est centré sur l’organisation du débat public autour de ces enjeux ; il questionne le rôle central de la communication dans l’émergence, le déploiement et la stabilisation des controverses.

En situation de controverse, qu’en est-il de la circulation de la parole entre acteurs en désaccord, de l’évaluation de l’autorité d’un argument ? Quels rôles les médiateurs jouent-ils dans l’apaisement ou l’exacerbation d’un conflit ? Comment les lignes d’exclusion et d’inclusion se dessinent-elles dans le débat ? Enfin, de quelle façon se construisent les grilles d’interprétation collectives d’un problème public ?

À travers les contributions qui composent ce dossier, il s’agit d’interroger les acteurs qui prennent part aux controverses (scientifiques, lanceurs d’alerte, journalistes, pouvoirs publics, lobbyistes, industriels, associatifs et citoyens) dans leurs stratégies et pratiques de communication. Les dispositifs qui permettent de mettre en public les controverses et qui organisent la confrontation des arguments, des intérêts et des valeurs font également l’objet d’une attention particulière.

Les controverses agissent comme des révélateurs des modalités d’organisation du débat public en démocratie. Les auteurs de ce dossier nous rappellent qu’en situation de controverse, plus qu’en toute autre occasion, la communication est un enjeu de pouvoir.

Hermès 72. L’artiste, un chercheur pas comme les autres

Le numéro 72 d’Hermès est en librairie !

Sans titre

L’artiste, un chercheur pas comme les autres
Sous la direction de Franck Renucci et Jean-Marc Réol

 

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

 

4e de couverture

En juin 1999, la déclaration de Bologne engageait un processus global d’harmonisation de l’enseignement supérieur dans l’Union européenne. Après avoir touché le monde universitaire, cette normalisation à grande échelle s’applique à présent aux formations supérieures du domaine de la création et des activités artistiques.
À l’aide d’exemples précis, les textes ici réunis montrent les effets de ce processus sur ces cursus, particulièrement à travers la question centrale d’une définition « académique » de la recherche, inconnue jusqu’alors dans les domaines des formations artistiques (arts plastiques, design, danse, musique, théâtre, cinéma).
Les témoignages et analyses font ressortir les difficultés d’une stricte indexation de la recherche en matière de création sur les modèles qui dominent l’espace épistémologique de l’enseignement supérieur. Des dispositifs de recherche inédits se révèlent alors et affirment leurs différences.
De ces réflexions émergent les éléments critiques d’une résistance active à un impératif d’uniformisation considéré comme négatif pour l’identité même de ces lieux de transmission. Cela ouvre sur les questions, fondamentales dans ces formations, de pluridisciplinarité et d’interdisciplinarité.
Critiquer les procédures de standardisation, proposer de nouvelles formes collectives de recherche en art(s), avec ou sans l’Université, faire l’effort de la clarification des concepts, c’est aussi préserver des espaces de négociation et d’altérité au coeur d’un modèle de communication.

Hermès 70-71, Le 20e siècle saisi par la communication

H70La communication est de tous les temps. Pourtant, c’est incontestablement au 20e siècle qu’elle devient omniprésente sur la scène sociale. Souvent confondue avec l’information, elle est l’objet de réductionnisme technique et le support de bien des idéologies. Si certains y voient la promesse d’une libération des individus, d’autres n’y trouvent que rhétorique et instrumentalisation des masses.

Le premier volume est consacré aux « révolutions de l’expression » qui se manifestent tout au long du siècle par des mutations médiatiques radicales. La question des modes de transmission, des supports et des codages y devient centrale, tout comme la place de l’individu, du groupe et l’expression de l’opinion publique. La communication élit domicile dans l’espace public, véritable centre de gravité des sociétés modernes. Enfin, qu’il s’agisse de cinéma ou de musique, de design ou de littérature, les évolutions du champ artistique au 20e siècle offrent une porte d’entrée incomparable pour saisir les tensions et paradoxes de cette révolution de la communication. Pourquoi cette révolution n’est-elle jamais considérée comme légitime ? Pourquoi la communication est-elle omniprésente sans être assumée, centrale et néanmoins marginalisée ?

Le second volume analyse la communication comme une discipline et un objet propre ayant connu, tout au long de cette période, des ruptures et des filiations. À partir de terrains toujours plus vastes et nombreux, ses concepts, écoles de pensée et paradigmes théoriques témoignent de la diversité de ses préoccupations et orientations, mais aussi de problématiques communes et de thématiques récurrentes. Les conflits et controverses qui la traversent attestent de sa vitalité, sans pourtant exclure des impensés en des temps de sur-événementialité médiatique et d’idolâtrie technique.

Appelant une saisie interdisciplinaire, l’étude de la communication est rendue d’autant plus complexe que son objet engage, rencontre et bute sur une inconnue majeure : l’altérité. Diversité culturelle, mondialiH71sation et dynamiques identitaires locales ou globales en sont les marqueurs aujourd’hui évidents. La communication, prise entre injonction sociale et liberté d’expression de chacun, est-elle gage d’une meilleure compréhension de tous ? L’incommunication reste en tout cas son horizon. L’épreuve de l’autre est toujours au risque de soi. C’est sans doute dans cette réalité première que réside, sur fond d’incertitude croissante au 20e siècle, l’enjeu fondamental de la communication.

Hermès 69. Sexualités

Le n° 69 sera en librairie le 28 août 2014

Sexualités
Sous la direction d’Etienne Armand Amato, Fred Pailler et Valérie Schafer

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

 

4° de couverture

« Deuxième révolution sexuelle », « troisième vague féministe »… La question sexuelle n’est pas close et n’a pas fini d’occuper l’espace public, de s’inviter dans la sphère politique et sociale. En témoignent les affrontements récents en France autour du mariage pour tous, le manifeste des 343 fraudeuses en faveur de la procréation médicalement assistée ou encore les débats parlementaires sur la prostitution et la pénalisation des clients. Enjeu politique, religieux, éthique, économique ou encore culturel, c’est aussi, profondément, une question de communication, privée comme publique, qui, de la sphère la plus intime à l’arène la plus médiatique, engendre échanges, controverses, revendications, normativité et négociations.

C’est la communication dans tous ses états – de la plus ténue et silencieuse à la plus transgressive ou explicite – que les auteurs de ce numéro analysent, pour mieux comprendre non pas la sexualité, mais les sexualités, leur diversité de formes, de manifestations, de pratiques, leur altérité, leur incompréhension ou reconnaissance mutuelles comme leurs ajustements et entrelacements.

Mêlant des approches anthropologiques, sociologiques, historiques, littéraires, dans les domaines des sciences de l’information et de la communication, des études des médias ou de genre, ce numéro est l’occasion de croiser des recherches de terrain, des études de cas et des réflexions plus théoriques autour de ce champ éminemment interdisciplinaire. Au fil des pages se dévoilent la richesse et la diversité des approches communicationnelles des sexualités. Celles-ci permettent de dépasser les binarismes et clivages que l’on peut observer dans l’actualité et de replacer dans la longue durée une question, dont la simplicité de notre titre ne peut pas masquer la complexité des enjeux.

Hermès 68. L’Autre n’est pas une donnée. Altérités, corps et artefacts

Le n° 68 sera en librairie le 24 avril 2014

L’Autre n’est pas une donnée. Altérités, corps et artefacts
Sous la direction de Franck Renucci, Benoît Le Blanc et Samuel Lepastier

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

 

4° de couverture

Au moment où vivant et artificiel convergent, les relations humaines prétendent se simplifier. L’ Autre ne serait qu’une donnée. Pourtant, le problème reste entier : la communication bute toujours sur les difficultés de la rencontre car l’ altérité est constitutive de la communication et de son horizon. Au début est l’ incommunication. Altérités et singularités humaines ouvrent des espaces de négociation, de cohabitation et d’ invention pour chacun : Cogitat ergo est. C’ est dans la rupture et le discontinu que s’ inscrivent l’ émergence du nouveau et, souvent, la communication.

Aujourd’hui, la vision occidentale qui connecte corps et dispositifs en réseaux vise donc à établir une continuité entre cerveau et esprit, tandis que la science biologique produit de nouveaux artefacts. L’ invisible « épaisseur organique » se transforme alors en « surfaces
numériques » objectivables. Un être informationnel apparaît, prétendant tout savoir, tout dire et prédire. De pulsionnel et érotique, le corps devient objet et information, résolvant d’ un coup l’ épreuve et l’ expérience de la communication.
La question traitée ici est celle de l’altérité à l’épreuve d’un être informationnel. Ce numéro d’Hermès ouvre de nouvelles perspectives pour les sciences de la communication.

L’ originalité est de mobiliser et de confronter des disciplines aux fondements parfois incommensurables : sciences cognitives, neurosciences, psychanalyse, sciences humaines et sociales. Loin d’ une communication transparente, sans butée et sans Autre, la rencontre de ces disciplines montre une nouvelle fois que la communication humaine est sans mode d’ emploi. Le corps, la relation à l’ Autre manifestent obstinément des points de résistance. La communication s’invente toujours, au-delà des systèmes, des réseaux, des interactions.

Hermès 67. Interdisciplinarité : entre disciplines et indiscipline

Le n° 67 sera en librairie le 21 novembre 2013

Interdisciplinarité : entre disciplines et indiscipline
Sousla directionde Jean-Michel Besnier et Jacques Perriault

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Nul n’ignore plus aujourd’hui combien les découvertes scientifiques et les innovations technologiques se produisent souvent à la marge des disciplines constituées. Lorsqu’on en retrace la genèse, c’est souvent moins la logique épistémique que l’audace et l’indiscipline qui apparaissent. Les exemples de sérendipité témoignent de la fécondité du hasard, et du génie des francs-tireurs qui savent s’en emparer. Il est d’ailleurs des périodes de l’histoire des sciences et des techniques où l’on n’hésite pas à célébrer le chaos organisateur qu’autorise le franchissement des frontières disciplinaires.

Et pourtant, les autorités universitaires et de recherche veillent à préserver l’intégrité des disciplines comme autant de formats nécessaires aux sciences. Elles pénalisent souvent les chercheurs atypiques, inclassables ou trop portés à marauder chez le voisin. Les préjugés académiques se ferment souvent aux travaux scientifiques audacieux, mais aussi à ceux des sociologues, anthropologues, historiens… qui ont pu montrer, depuis longtemps, que les disciplines sont aussi des constructions culturelles et qu’il y a des raisons d’en contester la complète rationalité et le désintéressement. D’ailleurs, on se méfie souvent de l’interdisciplinarité dans les instances de programmation et d’évaluation scientifiques, même si celleci est l’objet par ailleurs d’une nouvelle langue de bois. La complexité des problèmes – qu’ils soient environnementaux, ethnologiques, sociopolitiques ou cognitifs – requiert pourtant une synergie des compétences intellectuelles et des méthodes, devenues peu compatibles avec la rationalité analytique, cloisonnée dans les limites d’un savoir discipliné. Les pressions mises par nos sociétés sur les chercheurs et tous ceux qui innovent imposent que l’on s’interroge sur la portée et les limites des disciplines, sur les vertus et les obstacles de l’interdisciplinarité, sur l’exemplarité des indisciplinés. C’est ce qu’entreprend ce numéro d’Hermès.

Jean-Michel Besnier et Jacques Perriault

Hermès 66. Classer, penser, contrôler

Le n° 66 sera en librairie le 29 août 2013

Classer, penser, contrôler
Sous la direction de Vincent Liquète et Susan Kovacs

 

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

 

4° de couverture

Classer est souvent la première opération intellectuelle. Mais catégoriser, classer, déclasser, classifier ne sont pas de simples activités de mise en ordre du monde. Ces opérations représentent également des modes d’exercice de pouvoir de nature intellectuelle, culturelle, politique. Le classement contribue certes à mettre de l’ordre, mais aussi à rigidifier les distinctions, à naturaliser des hiérarchisations, à justifier la marginalisation de groupes sociaux et culturels, souvent à imposer une logique marchande. Qu’il s’agisse de classifications documentaires et disciplinaires ou de palmarès très médiatisés comme celui de Shanghai pour les universités, les outils de classement prennent diverses formes, matérialisent des valeurs et des stratégies, orientent notre regard sur le monde.

Avec l’émergence des réseaux numériques, la mise en place des normes et l’essor des «Big Data», les outils de classement se transforment et gagnent en puissance. Quel pouvoir est exercé par les acteurs du classement, et selon quelles logiques ? Si l’universalisme a pu favoriser l’univocité des classifications, celles-ci s’ouvrent désormais au dialogue, engendrant négociations, suscitant contestations et débats. Cette dimension délibérative se perçoit à travers les activités de groupes de pression, de lobbys, de réseaux constitués autour d’enjeux majeurs qui d’ailleurs nous concernent tous : comment désigner et classifier le handicap, les maladies mentales ou les sujets scientifiques prêtant à controverse comme le développement durable ? Quelles normes techniques appliquer à la mise en réseau des langages documentaires ? Comment former un contre-pouvoir à la puissance classificatoire de Google ?

Face aux technologies du numérique et à la croissance exponentielle des données, des acteurs et des organisations tentent progressivement de contrecarrer les tendances hégémoniques anciennes et nouvelles de mise en ordre du monde, en mettant en avant une activité de classification participative et créative.

Hermès 65. Le monde Pacifique dans la mondialisation

Le n° 65 sera en librairie le 11 avril 2013


Le monde Pacifique dans la mondialisation
Sous la direction de Renaud Meltz et Dominique Barbe

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Objet, acteur et horizon de la mondialisation, l’océan Pacifique en offre une excellente métaphore. Il incarne la mondialisation en marche. C’est avec son exploration, à partir du XVIIIe siècle, que l’humanité a bouclé le tour de la planète. De nos jours, c’est l’immensité océanienne, avec toute sa diversité, qui conserve à notre monde une complexité encore bien réelle. Il s’agit donc de donner droit à l’altérité, de faire cohabiter toutes les diversités, naturelles, mais également linguistiques et culturelles. L’objet de ce numéro d’Hermès est dès lors de comprendre l’enjeu de la communication et de l’incommunication dans le Pacifique. Il éclaire cette réalité anthropologique : il ne suffit pas que le monde soit traversé d’informations et d’interactions incessantes pour qu’il y ait davantage de communication et de tolérance.

Le Pacifique met en lumière l’ensemble des tensions contradictoires qui sous-tendent la mondialisation. Longtemps isolée, l’Océanie ne s’est pas ouverte de son plein gré. Elle a été mondialisée par la force. Le prosélytisme religieux, le capitalisme marchand et le colonialisme en ont spolié les ressources, acculturé les traditions et dégradé les équilibres naturels. Avec moins de remords que d’embarras, les puissances riveraines en ont fait un terrain d’affrontement et d’expérimentation nucléaire.

Pourtant, le Pacifique n’a pas été assimilé. La puissance des éléments, l’instabilité des milieux, l’isolement permanent n’ont cessé d’opposer leur inertie aux forces extérieures, inspirant aux Océaniens une résistance latente qui nourrit aujourd’hui leur réveil identitaire, comme elle leur sert aussi d’argument promotionnel. Les atolls, les lagons et les arts premiers sont autant d’incitations à la nostalgie du paradis perdu.

Au lieu d’illustrer l’uniformisation des modes de vie, l’océan Pacifique nous invite à une autre mondialisation, opposée aux modèles dominants, une mondialisation du dialogue entre les valeurs, les savoirs et les cultures. Riche de sa diversité, le Pacifique est un des laboratoires de la cohabitations culturelle du XXIe siècle.

Hermès 64. Les chercheurs au cœur de l’expertise

Le n° 65 sera en librairie le 29 novembre 2012


Les chercheurs au cœur de l’expertise 
Sous la direction de Laura Maxim et Gérard Arnold

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

En situation d’incertitude, l’expertise scientifique peut fournir aux décideurs des arguments leur permettant d’arrêter une position. De ce fait, elle se trouve régulièrement au coeur de l’actualité : OGM, normes environnementales, santé publique, gestion des risques chimiques, etc. Dans les séries télévisées, les experts sont souvent mis en avant et on a récemment nommé un « gouvernement d’experts » en Italie.

Ces controverses autour des questions de santé ou d’environnement posent la question des rapports tendus entre science académique et expertise. Constater que ces deux activités relèvent chacune d’une logique qui lui est propre peut paraître paradoxal : l’expertise scientifique ne tire-t-elle pas sa légitimité de celle de la science ? Mais si effectivement les experts sont le plus souvent des scientifiques, leur travail obéit à des règles différentes.

En situation d’expertise, les chercheurs produisent de la connaissance scientifique pour un public plus large que celui de leur communauté de recherche : ils interagissent avec des acteurs des mondes économique, politique, médiatique, militant, dont les objectifs diffèrent des leurs. Inévitablement, les contextes et les usages différents de la connaissance influencent son processus de production et son impact dans la société.

Ce volume d’Hermès illustre le changement des relations entre recherche académique et expertise scientifique. Il cherche à éclairer quelques zones d’ombre : Comment sont sélectionnés les experts ? La société civile a-t-elle sa place dans des processus d’expertise ? Qui évaluera les experts ? En fil rouge, c’est la question brûlante des conflits d’intérêts qui traverse l’ensemble du volume.

 

Hermès 63. Murs et frontières

Le n° 63 sera en librairie le 27 septembre 2012


Murs et frontières
Sous la direction de Thierry Paquot et Michel Lussault

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Nous vivons en plein paradoxe de la frontière. Depuis la chute du mur de Berlin, l’ ouverture, la libre circulation, le village global passent pour l’ horizon indépassable du progrès, qu’ il soit politique, économique ou culturel. Réseau planétaire, Internet est devenu le symbole de cette idéologie du décloisonnement généralisé. Et pourtant, il n’ y a jamais eu autant de contrôles, de blocages, de censures, de quotas, un peu comme si les frontières étaient des hydres : pour un mur abattu, on en érige deux nouveaux.

C’ est cette contradiction que cherche à cerner ce volume, en s’ attachant à démontrer la polysémie de la frontière, démarcation politique, certes, mais aussi barrière économique et, beaucoup plus insidieux, blocage social et culturel, limitation tacite, interdiction implicite, « mur de verre » impalpable. Or c’ est grâce à cette polyvalence que les frontières perdurent. Elles se reconvertissent, se métamorphosent, glissent d’ un domaine à l’ autre. Les guérites de douaniers peuvent bien disparaître, les préjugés les remplacent, souvent aussi efficaces. Le sexisme, la menace islamique qui a remplacé le « péril jaune » de jadis ou encore l’ idée qu’ il y aurait une culture réservée à l’ élite sont des exemples de ces nouvelles frontières.

Se pose alors la question de fond. Si les frontières persistent, c’ est peut-être moins parce que nous échouons à les abattre que parce que nous en avons besoin. Certes, le mur peut être dépassé, oppressif, immoral : ce ne sont pas les Irlandais, les Palestiniens ou les Coréens qui diront le contraire. Mais il peut être aussi rassurant, protecteur, incubateur. Pourvu qu’ il soit démocratique, consensuel, poreux, il peut servir de garant à la diversité linguistique et culturelle, communautaire ou individuelle. Autrement dit, en termes de communication, tous les murs n’ impliquent pas fermeture, rupture, silence. Il y a des frontières qui servent aussi à se comprendre.

Hermès 62. Les jeux vidéo. Quand jouer, c’est communiquer

Le n° 62 sera en librairie le 26 avril 2012


Les jeux vidéo. Quand jouer, c’est communiquer
Sous la direction de Jean-Paul Lafrance et Nicolas Oliveri

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Les jeux vidéo passent pour un sujet complexe, ésotérique et controversé. Complexe, parce que l’expression recouvre aujourd’hui une gamme proliférante de produits sophistiqués. Ésotérique puisque, sacrifiant à l’idéologie techniciste, le jargon y règne en maître. Et controversé, car le jeu vidéo serait infantilisant, capitaliste ou belliciste pour les uns, intelligent, créatif, voire sportif pour les autres.

Sans nier cette polysémie ni négliger les recherches abondantes et toujours passionnées qu’elle a suscitées, la revue Hermès se propose d’aborder la question avec une idée simple : le jeu vidéo, au fond, serait un outil de communication.

Qu’ il constitue une entreprise d’ abrutissement social ou un processus d’ apprentissage innovant, qu’ il suscite l’ alacrité d’ esprit ou favorise la dépendance, qu’ il atteste l’ émergence d’ un art nouveau ou réponde à une stratégie marketing bien comprise, le processus demeure le même. Le jeu vidéo incite son utilisateur à communiquer en mettant à sa disposition un média de plus en plus connecté, une technologie désormais en ligne et une grammaire essentiellement ludique. Que cette communication soit biaisée n’y change rien.

Voilà pourquoi la revue Hermès devait aborder les jeux vidéo. Notre monde est fasciné par la technique. Par leur inventivité, le jeu vidéo comme l’Internet – l’ un et l’ autre ayant partie liée – maintiennent cette fascination à ébullition. Comme ils constituent désormais l’industrie culturelle la plus florissante, avant même le cinéma, on se prend à croire que les jeux vidéo transforment la réalité à leur image.

Notre monde, lit-on souvent, deviendrait ludique. N’est-ce pas prendre la partie pour le tout ? Et si, finalement, les jeux vidéo n’étaient qu’une nouvelle réponse technique à la question fondamentale : comment aborder l’Autre ?