Archives de catégorie : Publication

Hermès 73. Controverses et communication

Le n° 73 sera en librairie le 4 décembre 2015

h73_dem-copie

 

Controverses et communication
Sous la direction de Romain Badouard et Clément Mabi 

 

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

 

4° de couverture

Scandales sanitaires, conflits d’aménagement du territoire, accidents industriels ou surveillance généralisée : notre environnement scientifique et technologique est régulièrement sujet à controverses. Depuis près de trente ans, les sciences humaines et sociales ont construit des méthodes d’analyse pour saisir ce que celles-ci nous disent de l’évolution des rapports entre sciences et société. Ce numéro d’Hermès est centré sur l’organisation du débat public autour de ces enjeux ; il questionne le rôle central de la communication dans l’émergence, le déploiement et la stabilisation des controverses.

En situation de controverse, qu’en est-il de la circulation de la parole entre acteurs en désaccord, de l’évaluation de l’autorité d’un argument ? Quels rôles les médiateurs jouent-ils dans l’apaisement ou l’exacerbation d’un conflit ? Comment les lignes d’exclusion et d’inclusion se dessinent-elles dans le débat ? Enfin, de quelle façon se construisent les grilles d’interprétation collectives d’un problème public ?

À travers les contributions qui composent ce dossier, il s’agit d’interroger les acteurs qui prennent part aux controverses (scientifiques, lanceurs d’alerte, journalistes, pouvoirs publics, lobbyistes, industriels, associatifs et citoyens) dans leurs stratégies et pratiques de communication. Les dispositifs qui permettent de mettre en public les controverses et qui organisent la confrontation des arguments, des intérêts et des valeurs font également l’objet d’une attention particulière.

Les controverses agissent comme des révélateurs des modalités d’organisation du débat public en démocratie. Les auteurs de ce dossier nous rappellent qu’en situation de controverse, plus qu’en toute autre occasion, la communication est un enjeu de pouvoir.

Hermès 72. L’artiste, un chercheur pas comme les autres

Le numéro 72 d’Hermès est en librairie !

Sans titre

L’artiste, un chercheur pas comme les autres
Sous la direction de Franck Renucci et Jean-Marc Réol

 

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

 

4e de couverture

En juin 1999, la déclaration de Bologne engageait un processus global d’harmonisation de l’enseignement supérieur dans l’Union européenne. Après avoir touché le monde universitaire, cette normalisation à grande échelle s’applique à présent aux formations supérieures du domaine de la création et des activités artistiques.
À l’aide d’exemples précis, les textes ici réunis montrent les effets de ce processus sur ces cursus, particulièrement à travers la question centrale d’une définition « académique » de la recherche, inconnue jusqu’alors dans les domaines des formations artistiques (arts plastiques, design, danse, musique, théâtre, cinéma).
Les témoignages et analyses font ressortir les difficultés d’une stricte indexation de la recherche en matière de création sur les modèles qui dominent l’espace épistémologique de l’enseignement supérieur. Des dispositifs de recherche inédits se révèlent alors et affirment leurs différences.
De ces réflexions émergent les éléments critiques d’une résistance active à un impératif d’uniformisation considéré comme négatif pour l’identité même de ces lieux de transmission. Cela ouvre sur les questions, fondamentales dans ces formations, de pluridisciplinarité et d’interdisciplinarité.
Critiquer les procédures de standardisation, proposer de nouvelles formes collectives de recherche en art(s), avec ou sans l’Université, faire l’effort de la clarification des concepts, c’est aussi préserver des espaces de négociation et d’altérité au coeur d’un modèle de communication.

Hermès 70-71, Le 20e siècle saisi par la communication

H70La communication est de tous les temps. Pourtant, c’est incontestablement au 20e siècle qu’elle devient omniprésente sur la scène sociale. Souvent confondue avec l’information, elle est l’objet de réductionnisme technique et le support de bien des idéologies. Si certains y voient la promesse d’une libération des individus, d’autres n’y trouvent que rhétorique et instrumentalisation des masses.

Le premier volume est consacré aux « révolutions de l’expression » qui se manifestent tout au long du siècle par des mutations médiatiques radicales. La question des modes de transmission, des supports et des codages y devient centrale, tout comme la place de l’individu, du groupe et l’expression de l’opinion publique. La communication élit domicile dans l’espace public, véritable centre de gravité des sociétés modernes. Enfin, qu’il s’agisse de cinéma ou de musique, de design ou de littérature, les évolutions du champ artistique au 20e siècle offrent une porte d’entrée incomparable pour saisir les tensions et paradoxes de cette révolution de la communication. Pourquoi cette révolution n’est-elle jamais considérée comme légitime ? Pourquoi la communication est-elle omniprésente sans être assumée, centrale et néanmoins marginalisée ?

Le second volume analyse la communication comme une discipline et un objet propre ayant connu, tout au long de cette période, des ruptures et des filiations. À partir de terrains toujours plus vastes et nombreux, ses concepts, écoles de pensée et paradigmes théoriques témoignent de la diversité de ses préoccupations et orientations, mais aussi de problématiques communes et de thématiques récurrentes. Les conflits et controverses qui la traversent attestent de sa vitalité, sans pourtant exclure des impensés en des temps de sur-événementialité médiatique et d’idolâtrie technique.

Appelant une saisie interdisciplinaire, l’étude de la communication est rendue d’autant plus complexe que son objet engage, rencontre et bute sur une inconnue majeure : l’altérité. Diversité culturelle, mondialiH71sation et dynamiques identitaires locales ou globales en sont les marqueurs aujourd’hui évidents. La communication, prise entre injonction sociale et liberté d’expression de chacun, est-elle gage d’une meilleure compréhension de tous ? L’incommunication reste en tout cas son horizon. L’épreuve de l’autre est toujours au risque de soi. C’est sans doute dans cette réalité première que réside, sur fond d’incertitude croissante au 20e siècle, l’enjeu fondamental de la communication.

Sport et médias

sport-et-mediasSport et médias
Sous la direction d’Alexandre Obœuf
CNRS Éditions, 2015

Commande en ligne
Sport et medias semblent s’inscrire dans une histoire partagée, entre mariage de raison et passion pour les spectacles de masse. Dès 1903, le journal L’ Auto créait de toute pièce le Tour de France, événement appelé à devenir historique mais aussi à doper ses tirages de manière exponentielle ! Comment les vedettes et les événements sportifs sont-ils fabriqués ? Quel est le rôle des supporters ? Nouveaux médias et innovations techniques participent-ils d’une mutation, voire d’une uniformisation des pratiques ?
Les contributions rassemblées ici interrogent les influences réciproques et ambiguës entre acteurs et médias, le rôle du sponsoring, les relations entre dopage et « engrenage médiatique », ou encore l’engouement pour les e-sports. Elles montrent que le sport est un terrain d’observation privilégié des évolutions complexes en cours dans notre société d’information et de communication aujourd’hui mondialisée.

Sommaire :

  • Présentation générale – Le pouvoir des médias sur le sport : mythe ou réalité ?
    Alexandre Obœuf
  • Sport et presse : une histoire partagée
    Bertrand During
  • Le Tour de France : un événement à l’épreuve du temps médiatique
    Fabien Wille
  • Les émissions sportives à la télévision
    Renaud Laporte
  • Football en noir et blanc
    Ludovic Tenèze, Lou Counil et Hélène Joncheray
  • L’hégémonie du basket NBA dans les médias français
    David Sudre
  • Les footballeurs sous surveillance
    Benoît Gérard
  • « Applaudissez, vous êtes filmés ! » Le rôle du « douzième homme » dans le football télévisé
    Antoine Lech
  • Vers un modèle orchestral de la communication
    Alexandre Obœuf, Corinne Fantoni et Loïc Lecroisey
  • La partisannerie sportive 2.0
    Matthieu Genty
  • Controverses autour des nouvelles technologies dans l’annonce des résultats sportifs.
    Le cas de l’escalade
    Mylène Douet Guérin
  • Sur la construction des vedettes sportives
    Damien Féménias
  • Le dopage sportif. Pour quoi faire ?
    Luc Collard
  • Le sponsoring ou l’aliénation sportive
    Patrick Vassort
  • Médias et para-sports. La fabrique de l’extrême événementiel
    Pascal Bordes
  • Du streaming au mainstreaming : mécanismes de médiatisation du sport électronique
    Nicolas Besombes

Identités numériques. Expressions et traçabilité

identites-numeriquesIdentités numériques – Expressions et traçabilité
Sous la direction de Jean-Paul Fourmentraux
CNRS Éditions, 2015

Commande en ligne

À l’ère d’Internet, l’expression de nos identités numériques est prise en porte-à-faux. D’un côté, l’invention par les citoyens-internautes de nouvelles modalités d’expression et de revendications identitaires, individuelles et collectives sont susceptibles de renforcer le lien social et l’existence démocratique. D’un autre côté, la propension de contrôle de ces identités à des fins économiques et politiques s’accroît via la captation, la fidélisation et la traçabilité des profils. Répression et surveillance de nos comportements numériques semblent plus que jamais d’actualité.
Comment maîtriser ses identités numériques ? Peut-on être personne sur le réseau ? Peut-on effacer ses traces ? Que faire de tous nos mots de passe et identifiants ? Ce volume des Essentiels d’Hermès propose de mettre en lumière les ressorts et dilemmes de la présence en ligne et de l’« être ensemble », ou autrement dit de la communication à l’ère numérique.

Sommaire :

  • Présentation générale – Identités et liaisons numériques
    Jean-Paul Fourmentraux
  • (Dé)jouer les identités numériques : Net art et médiactivisme
  • L’identité à l’ère des Digital Humanities
    Milad Doueihi
    Entretien avec Jean-Paul Fourmentraux
  • Des techniques de soi ambivalentes
    Alexandre Coutant
  • Philosophie des sites de rencontres
    Marc Parmentier
  • Une figure du double numérique : l’avatar
    Frank Beau
    Entretien avec Oriane Deseilligny
  • L’identité comme stratégie relationnelle
    Dominique Cardon
  • Utilisation des réseaux socionumériques par les jeunes Européens
    Nouveaux résultats sur la vie privée, l’identité et les connexions sociales
    Sonia Livingstone, Giovanna Mascheroni et Maria Francesca Murru
  • Géolocalisation et incertitude
    Jacques Perriault
  • Du signe à la trace : l’information sur mesure
    Louise Merzeau
  • Authentification, identification et tiers de confiance
    Michel Arnaud
  • Économie de l’attention et vie privée
    Emmanuel Kessous et Bénédicte Rey
  • L’homme, un document comme les autres
    Olivier Ertzscheid

Ville, architecture et communication

ville-architecture-et-communicationVille, architecture et communication
Sous la direction de Thierry Paquot
CNRS Éditions, 2015

Commande en ligne

La presse naît en ville. Elle diffuse, contredit ou confirme les « rumeurs » et consacre le « fait divers » comme expression de l’ordinaire urbain. Les radios, les télévisions, le Net amplifient cette exploration de la vie citadine en temps réel, tandis que les jeux vidéo permettent à chacun d’imaginer sa ville et d’en être le maître !
Or, la place accordée aux questions urbaines reste marginale et sélective. L’écrasante majorité des médias ignore la critique architecturale tandis que les revues et sites professionnels hésitent entre dithyrambe et publi-reportage. Pourtant la communication est omniprésente, de la presse municipale à la publicité des promoteurs en passant par la com’ des starchitectes !
Cet ouvrage est le premier sur les liens entre politiques urbaines, vie citoyenne et data city. Il rassemble les contributions d’analystes renommés et introduit le lecteur dans la « fabrique communicationnelle » du monde des villes.

ville2 ville1

Ill. 3 Adolphe Terris, Ouverture et construction de la rue Impériale à Marseille, 1863. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 12 Fi 10.

Ill. 7 Guillaume Claine, Maisons des corporations sur la Grande place, Bruxelles. Planche extraite de
« Bruxelles photographique », éditée par Blanquart- Evrard en 1854. Bibliothèque municipale de Lille, album S2-8, planche 398.

Sommaire :

  • Présentation générale
    L’urbanisation médiatisée
    Thierry Paquot
  • Lewis Mumford (1895-1990), activiste médiatique
  • La ville ouverte
    Richard Sennett (extraits)
  • « Emeutes urbaines» : un impératif médiatique
    Hacène Belmessous
  • Les émeutes en jeux vidéo
    Laurence Allard et Olivier Blondeau
  • La sociabilité comme communication
    Thierry Paquot
  • Le parking, drôle de lieu pour des rencontres
    Dominique Lefrançois
  • Le « maire ce héros », du journal papier au numérique
    Anne-Solange Muis
  • Le bulletin municipal : totems et tabous
    Christian Le Bart
  • La mauvaise presse de la critique
    Hélène Jannière
  • Michel Ragon
    Hélène Jannière
  • La grande ville et les photographes au XIXe siècle : la chronique des événements et l’inventaire du patrimoine
    Gérard Monnier
  • La communication des promoteurs
    Dominique Lefrançois
  • Ville data, ville média
    Bruno Marzloff

Politiques sécuritaires et surveillance numérique

politiques-securitaires-et-surveillance-numeriquePolitiques sécuritaires et surveillance numérique
Sous la direction de Pierre-Antoine Chardel
CNRS Éditions, 2014

Commande en ligne

Les politiques sécuritaires sont aujourd’hui amplement privilégiées dans l’organisation de nos sociétés. Au nom de la lutte anti-terroriste, on voit se mettre en place des formes de surveillance de plus en plus sophistiquées. Par la traçabilité que les technologies numériques rendent possible (celle des puces RFID ou des multiples objets connectés), nous sommes susceptibles d’être surveillés dans la plupart des moments de notre vie. Le présent ouvrage interroge l’intensification des politiques sécuritaires dans les sociétés démocratiques en mettant en évidence le risque majeur qu’elle constitue pour nos équilibres politiques, sociaux et existentiels. Car si au nom de la sécurité, nous acceptons d’être de plus en plus surveillés, c’est en négligeant le fait que nous avons besoin de confiance, d’autonomie et de liberté pour nous inscrire solidement dans le monde. Pourquoi semblons nous faire preuve si massivement d’une telle négligence ?

Sommaire :

  • Présentation générale – Nos existences sous surveillance. Regards croisés et perspectives critiques
    Pierre- Antoine Chardel
  • L’extension des fichiers de sécurité publique
    Pierre Piazza
  • Devoir de protection, protection des libertés : entre « surveillance liquide » et politiques sécuritaires
    Zygmunt Bauman
    Entretien réalisé par Olivier Hassid
  • La confiance au prisme de la « sécurité nationale ». Une analyse critique à l’ère des réseaux numériques
    Gabriel Périès
  • Peut-on encore parler d’état d’exception à l’heure des « sociétés de surveillance » ?
    Marie Goupy
  • La surveillance numérique au travail
    Hubert Bouchet
  • De la surveillance à la « sousveillance »
    Jean-Gabriel Ganascia
  • La composition d’un espace européen autour du régime juridique des données personnelles
    Annie Blandin
  • (Contre)surveillance distribuée dans les « Journées de Juin » au Brésil
    Fernanda Bruno et Bruno Cardoso

Cultures de l’information

cultures-de-linformationCultures de l’information
Sous la direction de Vincent Liquète
CNRS Éditions, 2014

Commande en ligne

Nous sommes aujourd’hui confrontés à une inflation d’informations que l’essor des techniques d’information et de communication rend disponibles à chacun d’entre nous. Mais qu’en faisons-nous au juste ? Ne faut-il pas posséder des compétences et des savoirs particuliers pour accéder à l’information et apprécier sa valeur ? Ces dernières années, plusieurs courants de pensée se sont intéressés à ce sujet, dont une approche culturelle de l’information nourrie par les Anglo-Saxons : dans quelle mesure l’usager, chercheur d’informations, construit-il une « culture de l’information » partagée par d’autres ? Comment la définir et la caractériser ? Comment la considérer eu égard à la culture scolaire ou à la culture générale ? Les différentes contributions de cet ouvrage entendent donner des éléments de réponse à ces questions au coeur des débats et des analyses scientifiques actuels dans les mondes universitaire, scolaire et social.

Sommaire :

  • Présentation générale – Réflexion historique, culturelle et communicationnelle autour des cultures de l’information
    Vincent Liquète
  • La culture de l’information : ruptures et invariants épistémologiques
    Anne Lehmans
  • Dimensions politiques et scientifiques des techniques de l’information
    Bruno Ollivier et Françoise Thibault
  • La culture générale face à l’information
    Anne Cordier et Vincent Liquète
  • Informer, s’informer en contextes professionnels : une approche par le document technique
    Angèle Stalder et Éric Delamotte
  • Cultures de l’information à l’université : savoirs en jeu, enjeux de savoir
    Alexandre Serres
  • Le champ de l’ information literacy en France à travers les publications scientifiques
    Joumana Boustany
  • La transculture de l’information : vers une posture multiculturelle de l’information
    Monica Mallowan

Hermès 69. Sexualités

Le n° 69 sera en librairie le 28 août 2014

Sexualités
Sous la direction d’Etienne Armand Amato, Fred Pailler et Valérie Schafer

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

 

4° de couverture

« Deuxième révolution sexuelle », « troisième vague féministe »… La question sexuelle n’est pas close et n’a pas fini d’occuper l’espace public, de s’inviter dans la sphère politique et sociale. En témoignent les affrontements récents en France autour du mariage pour tous, le manifeste des 343 fraudeuses en faveur de la procréation médicalement assistée ou encore les débats parlementaires sur la prostitution et la pénalisation des clients. Enjeu politique, religieux, éthique, économique ou encore culturel, c’est aussi, profondément, une question de communication, privée comme publique, qui, de la sphère la plus intime à l’arène la plus médiatique, engendre échanges, controverses, revendications, normativité et négociations.

C’est la communication dans tous ses états – de la plus ténue et silencieuse à la plus transgressive ou explicite – que les auteurs de ce numéro analysent, pour mieux comprendre non pas la sexualité, mais les sexualités, leur diversité de formes, de manifestations, de pratiques, leur altérité, leur incompréhension ou reconnaissance mutuelles comme leurs ajustements et entrelacements.

Mêlant des approches anthropologiques, sociologiques, historiques, littéraires, dans les domaines des sciences de l’information et de la communication, des études des médias ou de genre, ce numéro est l’occasion de croiser des recherches de terrain, des études de cas et des réflexions plus théoriques autour de ce champ éminemment interdisciplinaire. Au fil des pages se dévoilent la richesse et la diversité des approches communicationnelles des sexualités. Celles-ci permettent de dépasser les binarismes et clivages que l’on peut observer dans l’actualité et de replacer dans la longue durée une question, dont la simplicité de notre titre ne peut pas masquer la complexité des enjeux.

Information et communication scientifiques à l’heure du numérique

information-et-communication-scientifiques-a-l-heure-du-numerique-sous-la-direction-de-valerie-schaferInformation et communication scientifiques à l’heure du numérique
Sous la direction de Valérie Schafer
CNRS Éditions, 2014

Commande en ligne

Communiquer la science : une activité désormais centrale, aux formes diverses et engageant de multiples acteurs, compétences et supports. Cet Essentiel propose des regards croisés interdisciplinaires pour explorer les enjeux et les évolutions récentes de l’information et de la communication scientifiques à l’heure du numérique. Science ouverte, science 2.0, déluge informationnel, communication institutionnelle des laboratoires et instituts de recherche, blogs de chercheurs, plateformes participatives et collaboratives, accès pour tous à la culture scientifique… autant de thèmes émergents qui concernent les chercheurs et professionnels de l’information et de la communication, et interrogent également les relations science/société et leurs transformations actuelles.
Sommaire : 

  • Présentation générale – Renouveau de la science et science du renouveau à l’heure du numérique
    Valérie Schafer
  • Abondance et gratuité : pour quoi faire et jusqu’où ?
    Dominique Wolton
    Entretien avec Joëlle Farchy, Pascal Froissart et Cécile Méadel
  • Sciences, réseaux et cognition après le déluge
    Jean-Gabriel Ganascia
  • Interroger les données en SHS à partir de leur écosystème
    Clément Mabi, Jean-Christophe Plantin et Laurence Monnoyer-Smith
  • Science 2.0 : recherche et enseignement
    Olivier Ertzscheid
  • Une nouvelle ère pour les sciences participatives
    Marc Lipinski
  • La communication scientifique directe : un nouveau champ éditorial
    Guylaine Beaudry
  • Science et communication : promettre ou éclairer
    Dominique Namur et Sandrine Paillard
  • Un demi-siècle de communication scientifique à l’Inria (1967-2013)
    Benjamin G. Thierry
  • Le journalisme scientifique face aux nouveaux environnements de diffusion de l’information
    Viviane Thivent
    Entretien avec Valérie Schafer
  • Les savoirs profanes et l’intelligence du Web
    Cécile Méadel
  • Wikipédia, nouvel outil de médiation des savoirs en sciences
    Lionel Barbe

Hermès 68. L’Autre n’est pas une donnée. Altérités, corps et artefacts

Le n° 68 sera en librairie le 24 avril 2014

L’Autre n’est pas une donnée. Altérités, corps et artefacts
Sous la direction de Franck Renucci, Benoît Le Blanc et Samuel Lepastier

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

 

4° de couverture

Au moment où vivant et artificiel convergent, les relations humaines prétendent se simplifier. L’ Autre ne serait qu’une donnée. Pourtant, le problème reste entier : la communication bute toujours sur les difficultés de la rencontre car l’ altérité est constitutive de la communication et de son horizon. Au début est l’ incommunication. Altérités et singularités humaines ouvrent des espaces de négociation, de cohabitation et d’ invention pour chacun : Cogitat ergo est. C’ est dans la rupture et le discontinu que s’ inscrivent l’ émergence du nouveau et, souvent, la communication.

Aujourd’hui, la vision occidentale qui connecte corps et dispositifs en réseaux vise donc à établir une continuité entre cerveau et esprit, tandis que la science biologique produit de nouveaux artefacts. L’ invisible « épaisseur organique » se transforme alors en « surfaces
numériques » objectivables. Un être informationnel apparaît, prétendant tout savoir, tout dire et prédire. De pulsionnel et érotique, le corps devient objet et information, résolvant d’ un coup l’ épreuve et l’ expérience de la communication.
La question traitée ici est celle de l’altérité à l’épreuve d’un être informationnel. Ce numéro d’Hermès ouvre de nouvelles perspectives pour les sciences de la communication.

L’ originalité est de mobiliser et de confronter des disciplines aux fondements parfois incommensurables : sciences cognitives, neurosciences, psychanalyse, sciences humaines et sociales. Loin d’ une communication transparente, sans butée et sans Autre, la rencontre de ces disciplines montre une nouvelle fois que la communication humaine est sans mode d’ emploi. Le corps, la relation à l’ Autre manifestent obstinément des points de résistance. La communication s’invente toujours, au-delà des systèmes, des réseaux, des interactions.

Bande dessinée et lien social

bande-dessinee-et-lien-social-sous-la-direction-d-eric-dacheuxBande dessinée et lien social
Sous la direction d’Éric Dacheux
CNRS Éditions, 2014

Commande en ligne

La bande dessinée est une représentation du monde qui donne à voir notre monde de représentation. C’est un art reconnu par le public et les mondes de la culture. C’est aussi un plaisir né du jeu entre la vision de l’auteur et celle du lecteur. C’est, enfin, un média méconnu : un dispositif sensible créateur de sens et de lien social. Dans cette optique, les textes réunis dans cet Essentiel montrent comment la BD rend compte des interactions politiques et économiques quotidiennes et la façon dont elle prend place dans nos imaginaires. Une invitation à plonger avec délice dans la chair du monde, au rythme des illustrations de Stéphane Heuet.

bd& bdé

© Stéphane Heuet, 2014.

Sommaire :

  • Présentation générale – La bande dessinée, une représentation critique de notre
    monde de représentation
    Éric Dacheux
  • « Si la BD n’existait pas, il faudrait l’inventer »
    Dominique Wolton
    Entretien avec Éric Dacheux
  • Achille Talon et l’archipel de Sanzunron : la monnaie au service de la société ?
    Daniel Goujon
  • Reportage et bande dessinée
    Christophe Dabitch
  • Peut-on être un mythe et avoir une scène de ménage ? Étude en réception d’une planche de la BD « Martin Luther King »
    Éric Agbessi
  • La bande dessinée et le lien social en Afrique
    Hilaire Mbiye Lumbala
  • Le devenir d’un genre littéraire dans la bande dessinée francophone :
    l’exemple de la science-fiction
    Jérôme Dutel
  • Quand la bande dessinée devient dessin animé : « Persepolis »
    Pauline Escande-Gauquié
  • La bande dessinée numérique
    Magali Boudissa
  • La bande dessinée, entre paradoxes et subversion sémiotique
    Pascal Robert
  • Définir ou ne pas définir la BD : telle n’est pas la question !
    Éric Dacheux

Hermès 67. Interdisciplinarité : entre disciplines et indiscipline

Le n° 67 sera en librairie le 21 novembre 2013

Interdisciplinarité : entre disciplines et indiscipline
Sousla directionde Jean-Michel Besnier et Jacques Perriault

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Nul n’ignore plus aujourd’hui combien les découvertes scientifiques et les innovations technologiques se produisent souvent à la marge des disciplines constituées. Lorsqu’on en retrace la genèse, c’est souvent moins la logique épistémique que l’audace et l’indiscipline qui apparaissent. Les exemples de sérendipité témoignent de la fécondité du hasard, et du génie des francs-tireurs qui savent s’en emparer. Il est d’ailleurs des périodes de l’histoire des sciences et des techniques où l’on n’hésite pas à célébrer le chaos organisateur qu’autorise le franchissement des frontières disciplinaires.

Et pourtant, les autorités universitaires et de recherche veillent à préserver l’intégrité des disciplines comme autant de formats nécessaires aux sciences. Elles pénalisent souvent les chercheurs atypiques, inclassables ou trop portés à marauder chez le voisin. Les préjugés académiques se ferment souvent aux travaux scientifiques audacieux, mais aussi à ceux des sociologues, anthropologues, historiens… qui ont pu montrer, depuis longtemps, que les disciplines sont aussi des constructions culturelles et qu’il y a des raisons d’en contester la complète rationalité et le désintéressement. D’ailleurs, on se méfie souvent de l’interdisciplinarité dans les instances de programmation et d’évaluation scientifiques, même si celleci est l’objet par ailleurs d’une nouvelle langue de bois. La complexité des problèmes – qu’ils soient environnementaux, ethnologiques, sociopolitiques ou cognitifs – requiert pourtant une synergie des compétences intellectuelles et des méthodes, devenues peu compatibles avec la rationalité analytique, cloisonnée dans les limites d’un savoir discipliné. Les pressions mises par nos sociétés sur les chercheurs et tous ceux qui innovent imposent que l’on s’interroge sur la portée et les limites des disciplines, sur les vertus et les obstacles de l’interdisciplinarité, sur l’exemplarité des indisciplinés. C’est ce qu’entreprend ce numéro d’Hermès.

Jean-Michel Besnier et Jacques Perriault

L’incommunication

l-incommunication-sous-la-direction-de-samuel-lepastierL’incommunication
Sous la direction de Samuel Lepastier
CNRS Éditions, 2013

Commande en ligne

Source de tensions et de conflits, l’incommunication se définit comme l’absence de communication entre deux personnes. Au contraire d’une conception naïve selon laquelle la croissance continue des canaux devrait suffire à dissiper les malentendus, l’incommunication apparaît au coeur de la condition humaine pour être l’horizon de toute communication. Repérée aussi bien dans la vie sociale que dans l’intimité psychique, elle reste encore peu théorisée.
Convoquant, outre les sciences de la communication, la linguistique, la sociologie et la psychanalyse, cet Essentiel vise à combler cette lacune.

Sommaire :

  • Présentation générale – L’incommunication, un concept transdisciplinaire
    Samuel Lepastier
  • La communication troublée chez l’enfant, exemples cliniques
    Laurent Danon-Boileau
  • De la conversation conjugale
    François de Singly
  • La scène de ménage, entre communication et incommunication
    Samuel Lepastier
  • Se retirer dans une société de communication. L’exemple du hikikomori
    Maïa Fansten
  • La « com » à l’épreuve de la communication
    Arnaud Benedetti
  • Victor Klemperer, une résistance à la langue totalitaire
    Laurence Aubry
  • Le symbolisme et la propagande politique
    Serge Tchakhotine (extraits)
  • La langue de l’exil à l’heure du globish et de la mondialisation des flux migratoires
    Michaël Oustinoff
  • L’incommunication : horizon de la communication
    Dominique Wolton
    Entretien avec Samuel Lepastier et Éric Letonturier

L’humain augmenté

l-humain-augmente-sous-la-direction-d-edouard-kleinpeterL’humain augmenté
Sous la direction d’Édouard Kleinpeter
CNRS Éditions, 2013

Commande en ligne

Augmenter l’humain, devenir plus fort, plus rapide, plus intelligent, plus connecté, vivre plus vieux et en meilleure santé, repousser les limites de la souffrance et de la mort. Le développement technologique porte la promesse d’un être meilleur. Mais cet amour de l’homme du futur ne cache-t-il pas une haine de l’homme du présent, de ses limites et de sa finitude ? Quelles conceptions du corps et de l’esprit sont soustendues par les discours transhumanistes ? Donner des clés pour comprendre le rapport d’attraction-répulsion qu’entretient l’être humain avec les technologies qu’il crée, cristallisé autour de la notion d’homme augmenté, constitue l’objet de ce numéro des Essentiels d’Hermès.

Sommaire :

  • Présentation générale – L’homme face à ses technologies : augmentation, hybridation, (trans)humanisme
    Édouard Kleinpeter
  • De part et d’autre de l’Atlantique : enhancement , amélioration et augmentation de l’humain
    Simone Bateman et Jean Gayon
  • Le corps artefact. Archéologie de l’hybridation et de l’augmentation
    Jacques Perriault
  • Invariants et variations de l’augmentation humaine, l’expérience grecque
    François Dingremont
  • Homme augmenté et augmentation de l’humain
    Bernard Claverie et Benoît Le Blanc
  • Augmentation de l’humain : les fonctions cognitives cachées de l’homme augmenté
    Célestin Sedogbo et Benoît Le Blanc
  • De l’humain réparé à l’humain augmenté : naissance de l’anthropotechnie
    Jérôme Goffette
  • Perception de soi, perception par les autres : la fonction sociale de la prothèse chez les agénésiques
    Benoît Walther
  • L’homme hybridé : mixités corporelles et troubles identitaires
    Bernard Andrieu
  • Oscar Pistorius ou une catégorie sportive impossible à penser
    Damien Issanchou et Éric de Léséleuc
  • L’homme étendu. Explorations terminologiques
    Colin T. Schmidt
  • Un autre transhumanisme est possible
    Marc Roux
  • La technique au prisme du mythe : l’exemple du Golem
    Brigitte Munier
  • Transhumanisme : une religiosité pour humanité défaite
    Jean-Michel Besnier
    Entretien avec Édouard Kleinpeter