Archives de catégorie : Publication

[Parution] Les Essentiels d’Hermès – La communication politique – Nouvelle édition

La communication politique
Nouvelle édition revue et augmentée
Sous la direction d’Arnaud Mercier
CNRS Éditions, juin 2017

Commande en ligne 

Cet Essentiel offre un large panorama permettant de comprendre
les nouvelles formes et les enjeux de la communication politique contemporaine. Qu’en est-il aujourd’hui des connivences entre les mondes de la communication, des médias et de la politique ? Quels effets produisent les excès de la communication politique, lorsqu’on analyse les cas emblématiques de Silvio Berlusconi et Donald Trump ? Quel poids réel peuvent avoir l’internet et les réseaux socionumériques en contexte électoral ou dans un cadre insurrectionnel comme lors des « printemps arabes » ?
Il s’agit dans cet ouvrage de dévoiler la crise du tout-marketing politique et l’urgence de penser autrement la communication politique, en identifiant ses contradictions et les menaces qui planent sur nos démocraties dans le cadre d’une guerre de l’information désormais ouverte. Menaces omniprésentes lors de l’élection présidentielle américaine puis française, où mensonges, rumeurs, « fake news » et attaques personnelles d’une rare bassesse ont proliféré sur les réseaux sociaux.

  • Avant-propos à la nouvelle édition
    Arnaud Mercier
  • La communication politique entre nécessité, instrumentalisation et crises
    Arnaud Mercier
  • La communication politique : construction d’un modèle
    Dominique Wolton (1989)
  • Les dix contradictions de la communication politique
    Dominique Wolton (1995)
  • Les nouvelles contradictions de la communication politique
    Dominique Wolton (2017)
  • Communication délibérative et démocratie participative…
    Éric Dacheux
  • Le marketing politique
    Gilles Achache
  • Le phénomène Berlusconi : ni populisme ni vidéocratie, mais néo-politique
    Pierre Musso
  • Donald Trump ou la communication incantatoire
    Marie-Cécile Naves
  • Médiatisation du politique : stratégies, acteurs et construction des collectifs
    Eliseo Verón (1935-2014)
  • Les bulletins municipaux : une contribution ambiguë à la démocratie locale
    Christian Le Bart
  • Personnel politique et médias socionumériques : nouveaux usages et mythes 2.0
    Alex Frame
  • Blogs, réseaux sociaux et « révolutions arabes » : du fantasme à la réalité
    Tourya Guaaybess
  • La guerre de l’information russe : une guerre multidimensionnelle
    Nicolas Tenzer
  • L’appui des médias à la destitution de Dilma Rousseff
    Juremir Machado da Silva

[Parution] Hermès 77. Les incommunications européennes

Les incommunications européennes
Sous la direction de Joanna Nowicki, Luciana Radut-Gaghi et Gilles Rouet. 

Vous pouvez d’ores et déjà commander la version numérique sur Cairn. La version papier est disponible sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

En 1957, le traité de Rome donnait naissance à la Communauté économique européenne. Soixante ans plus tard et après six vagues d’élargissement, l’Union européenne compte désormais 510 millions de citoyens, répartis dans 28 pays. Mais institutions et géographie se superposent sans toujours s’articuler, et les Européens ont souvent des visions différentes du monde, des frontières, de la politique, de leur destin.

Ces situations d’incommunication se produisent parce qu’il existe un fonds commun : l’accord implicite des peuples sur l’existence d’une identité européenne et sur la grandeur du projet. L’europhobie actuelle n’est pas majoritaire et ne remet pas en cause structurellement l’utopie européenne. Trois incommunications coexistent : 1) au sein des 28 ; 2) entre les Européens de l’Ouest et l’Europe centrale et orientale ; 3) entre l’Europe et sa façade sud. Leur examen montre à la fois la distance entre les Européens et ce qui les rapproche.

Pourquoi la plus grande utopie politique, économique, culturelle de l’histoire du monde n’est-elle pas plus valorisée par les Européens eux-mêmes ? Pourquoi, malgré leurs différences, ne sont-ils pas plus fiers du travail accompli et de l’exemple que représente l’Europe pour le reste du monde ? Le projet européen ne signifie pas l’imposition d’un consensus, l’injonction d’une européanité subie. Il implique au contraire l’acceptation de l’autre, sa reconnaissance et la discussion. En un mot, la négociation, qui est au cœur de la communication politique et des objectifs de la revue Hermès. Le présent numéro propose de mieux comprendre ces incommunications européennes, d’en explorer les sources et de contribuer à promouvoir ce modèle de communication si unique dans l’histoire du monde.

[Parution] Les Essentiels d’Hermès – Guerre, armées et communication

Guerre, armées et communication
Sous la direction d’Éric Letonturier
CNRS Éditions, mai 2017

Commande en ligne

 

Propagande, censure et désinformation d’un côté ; devoir de réserve, secret défense et silence dans les rangs de la « grande muette » d’un autre. Faire la guerre semble condamner la communication des armées à de tels extrêmes. Mais qu’en est-il aujourd’hui, avec l’internet et les réseaux sociaux, l’information continue et les lanceurs d’alerte, et une opinion publique de plus en plus sondée et souveraine ? Parallèlement, la surveillance géopolitique électronique, la numérisation du champ de bataille, l’arrivée des drones, robots et soldats augmentés sur les théâtres d’opérations changent aussi la donne.
Reste que la guerre engage toujours et avant tout des relations entre des hommes sur le terrain. Elle est aussi profondément un acte de communication pour être d’abord un dialogue rompu, un affrontement avec l’altérité. Avec, comme horizon, à l’heure de la montée des nationalismes et la multiplication des revendications identitaires, un risque croissant d’incommunication.

Sommaire

  • Présentation générale
    Guerre et paix : la communication s’engage
    Éric Letonturier
  • Phénomènes de communication en zone de combat
    André Thiéblemont
  • Les « soldats de l’image » au cœur des enjeux de communication de la Défense française
    Bénédicte Chéron
  • L’opinion des Français sur leurs armées
    Barbara Jankowski
  • Guerre et information : l’exemple des lanceurs d’alerte
    Sébastien Schehr
  • Les militaires dans l’espace public numérique
    Michel Sage
  • Le « Killer Robot » est-il l’avenir de l’« Homo Militaris » ?
    Didier Danet
  • Cyberguerre et communication
    Daniel Ventre
  • L’arme de l’information à l’ère du jihad numérique
    François‐Bernard Huyghe
  • La guerre mise au musée et le tourisme de mémoire
    Jean‐Yves Boursier

[Parution] Hermès 76. Le renseignement, un monde fermé dans une société ouverte

h76couvLe renseignement, un monde fermé dans une société ouverte Sous la direction de Nicolas Moinet et Franck Bulinge. 

Vous pouvez d’ores et déjà commander la version numérique sur Cairn. La version papier est disponible sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Évoluant entre mythes et réalités, le monde du renseignement intrigue, inquiète ou fait fantasmer. Dans une société ouverte, les services secrets peuvent-ils encore faire l’économie de la communication lorsque l’on sait que ne pas communiquer, c’est déjà communiquer ? De la surveillance planétaire exercée par l’hyperpuissance étasunienne au renseignement dans la sphère privée, en passant par les nouvelles fonctions développées au sein des entreprises (intelligence économique, datamining), le renseignement a évolué et n’est plus seulement un métier de seigneurs destiné à une aristocratie d’État s’adonnant au « grand jeu » du bal des espions. Désormais, c’est toute la société qui est prise dans un système où un nombre croissant d’acteurs deviennent, parfois simultanément, producteurs et consommateurs de renseignements. Accessibles au plus grand nombre, les technologies de l’information et de la communication rendent même certains acteurs privés plus performants que bien des agences d’État…

Plus que jamais indisciplinée, la revue Hermès a fait le pari de questionner ce monde fermé dans une société ouverte. Ce numéro pose ainsi la question de la place du renseignement à une époque où la logique bureaucratique est bouleversée par l’abondance des informations, des interactions et des réseaux. En donnant au renseignement ses lettres de noblesse académique – à l’instar des intelligence studies anglo-saxonnes –, ce numéro fixe des points de repères dans une mutation anthropologique qui n’en est sans doute qu’à ses prémices. Comment parler de société de l’information ou de la connaissance sans réfléchir aux mutations du renseignement, qui redistribuent les rapports entre monde fermé et société ouverte, public et privé, secret et transparence ?

[Conférence-débat] La communication environnementale – 16 novembre 2016 – INSEEC

logo inseec logo la fabrique écologique logo hermes

À l’occasion de la publication du livre La communication environnementale
(CNRS Éditions, collection « Les Essentiels d’Hermès »),
sous la direction de Thierry Libaert,
La Fabrique Écologique vous invite à rencontrer et à débattre
avec plusieurs auteurs de l’ouvrage

Mercredi 16 novembre 2016
De 18h à 20h
à l’INSEEC | Amphithéâtre José Soubiran
27 avenue Claude Vellefaux
Paris 10ème

Inscription gratuite et obligatoire :
https://lacommunicationenvironnementale.eventbrite.fr

Le débat sera animé par Thierry Libaert
(conseiller au Comité Économique et Social Européen), en présence de
Gildas Bonnel
(président de la Commission Développement durable de l’Association
des Agences Conseil en Communication),
Yonnel Poivre-Le Lohé
(auteur du blog La communication responsable) et de :

Dominique Bessières |UNIVERSITÉ DE RENNES
La communication publique environnementale

François Allard-Huver |ESA ANGERS
Environnement et discours d’influence officiels

Nicolas Baygert|ULB / IHECS
Les partis verts face à la menace de l’éco-lassitude

Andrea Catellani |UCL
Sémiotique de la communication environnementale

Jean-Marie Charpentier |AFCI
Communication et environnement en entreprise :
du faux-semblant au vraisemblable

Le débat se poursuivra autour d’un verre

[Parution] La communication environnementale

cv_communicationenvironnementaleLa communication environnementale
En librairie le 17 novembre

Collection « Les Essentiels d’Hermès »
Sous la direction de Thierry Libaert
CNRS Éditions, 2016, format poche, 8 euros

Commande en ligne

Conférences internationales, controverses scientifiques et débats médiatiques… l’environnement est devenu un enjeu de communication global. C’est à l’étude des différentes formes et évolutions de la communication environnementale, de sa naissance dans les années 1990, sous le coup de catastrophes écologiques à répétition, aux grandes déclarations officielles sans lendemain, que s’attache cet ouvrage entièrement inédit. Du « développement durable » à la « transition écologique », ce nouveau grand récit fédérateur s’intègre désormais dans la démarche marketing des entreprises et dans les politiques des institutions publiques. Il influe sur les positionnements stratégiques des partis politiques et incite à de nouvelles pratiques individuelles. Aux discours de crise axés sur la peur et la responsabilité répond le risque de l’éco-lassitude des uns et de « greenwashing » des autres…

Présentation générale
Communication et environnement, des approches en transition
Thierry Libaert
Environnement et discours d’influence officiels. L’exemple du Comité économique et social européen
François Allard-Huver
Les partis verts face à la menace de l’éco-lassitude
Nicolas Baygert et Cédric Hananel
Alarmisme et catastrophisme ? Rhétoriques de la peur dans les échanges en ligne relatifs aux changements climatiques
Baptiste Campion
Sémiotique de la communication environnementale
Andrea Catellani
Communication et environnement en entreprise : du faux-semblant au vraisemblable
Jean-Marie Charpentier
L’enjeu environnemental : une chance pour la communication
Gildas Bonnel
Encadré
« Pensez à éteindre la lumière en sortant ! »
Mickaël Dupré et Sébastien Meineri
Permanences et mutations dans la mise en récit médiatique du changement climatique
Ferenc Fodor et Valérie Brunetière
Communication et changements climatiques : le cas du GIEC
Jean-Pascal van Ypersele et Bruna Gaino
Encadré
Le renouveau de la conscience environnementale
Céline Hervé-Bazin
Les discours sur l’environnement, entre chiffres froids et récits brûlants
Béatrice Jalenques-Vigouroux
Perception des marques selon leur comportement environnementalement (ir)responsable
Iskra Herak et Nicolas Kervyn
Le greenwashing, contre-indice de maturité de la communication environnementale ?
Céline Pascual Espuny
Le greenwashing : phénomène organisationnel ordinaire, conséquences globales extraordinaires
Yonnel Poivre-Le Lohé
Encadré
La communication publique environnementale : un enjeu de développement durable pluriel et contingent
Dominique Bessières
Quatre questions à Dominique Wolton
Entretien avec Thierry Libaert

[Parution] L’alimentation demain. Cultures et médiations

L’alimentation demain. Cultures et médiations
En librairie le 17 novembre 2016

Collection « Les Essentiels d’Hermès »
Sous la direction de Gilles Fumey
CNRS Éditions, 2016, format poche, 8 euros

Commande en ligne

Gastronomie, Food tech, santé, big data et génétique sont, entre autres, au menu de cet Essentiel entièrement inédit. Les chercheurs réunis ici nous éclairent sur les comportements alimentaires et les nouvelles pratiques ou tendances qui façonnent, à travers le monde, l’alimentation de demain.
Depuis quelques années, l’alimentation est un objet de controverses… La communication est devenue cruciale pour comprendre les crises alimentaires (scandales sanitaires, OGM, avaries dans la distribution ou la restauration). Le mécanisme est partout le même : pléthorique et contradictoire, l’information circule à la vitesse de la lumière, elle se déforme, affole ou séduit les mangeurs. Les individus, notamment les « millennials », sont pris entre renoncement et pratiques alternatives, nourris par une défiance croissante envers l’industrie agroalimentaire.
Ces médiations mettent les chercheurs au défi de comprendre comment les consommateurs construisent leurs systèmes de confiance et réinventent la façon dont nous mangerons demain.

raffard

Un exemple d’hybridation culinaire :
le kebab japonais au riz et à la sauce curry.
Source : P. Raffard, 2015

burger www.impossiblefoods.com
Sommaire
Présentation générale
L’alimentation comme médiation avec le monde
Gilles Fumey
Émergence de nouvelles pratiques alimentaires et controverses
François Allard-Huver
Culture gastronomique et alimentation de demain
Denis Saillard
Les Cités de la Gastronomie, lieux culturels, scientifiques et touristiques
Dominique Pagès
Encadré
Les nouveaux idéaux « récréatifs » de la gastronomie italienne
Daniele Zappalà
Encadré
La révolution Food 2.0 en Californie : cuisine, génétique et big data
Richard C. Delerins
L’Asie monte en puissance
Nicolas Baumert
La Méditerranée culinaire : diffusion, succès, politique
Pierre Raffard
La viande : définition, statuts et controverses
Michaël Bruckert
Les protéines végétales : un nouvel eldorado nutritionnel
Christophe Lavelle et Karen Uriot
Le buveur, miroir des pratiques alimentaires du mangeur
Céline Hervé-Bazin

[Parution] Hermès 75. Langues romanes : un milliard de locuteurs

Le n° 75 est en librairie

herm_075_l204Langues romanes : un milliard de locuteurs
Sous la direction de Michaël Oustinoff et Louis-Jean Calvet. 

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

 

4° de couverture

Avec un milliard de locuteurs, les langues romanes, issues du latin, constituent un potentiel impressionnant en termes d’espace communicationnel et conceptuel. Elles représentent un contrepoids à l’extension du « tout-anglais », dont les limites sont désormais connues au sein même du monde anglo-saxon. D’ailleurs, le British Council place parmi les dix plus importantes langues du XXIe siècle l’espagnol, le français, le portugais et l’italien. Les langues romanes, mais aussi slaves ou arabes, représentent un élément indispensable de la diversité culturelle telle qu’elle a été reconnue en 2005 par l’Unesco. Impossible en effet de vivre dans un monde ouvert, interconnecté, sans respecter les identités culturelles, au premier rang desquelles les identités linguistiques. On pense, rêve, crée, dans une langue, le plus souvent maternelle. Sinon, après quelques années de triomphe du globish (si pratique, si moderne), on assistera à la révolte des peuples pour préserver leurs identités culturelles.

Le défi de la mondialisation est au moins autant culturel qu’économique et politique. Le problème n’est pas l’existence d’une langue minimum commune, comme l’est aujourd’hui l’anglais, mais la sauvegarde de toutes les autres, condition de la diversité humaine. Oui à tous les apprentissages linguistiques, à tous les déplacements, à condition de préserver les aires linguistiques. La diversité est la condition de la mondialisation, la standardisation l’antichambre des conflits. Pas de mondialisation pacifique possible donc sans respect de la diversité culturelle. Les langues romanes, sans prétention hégémonique, en sont un élément déterminant, d’autant qu’elles sont mondiales. Elles sont aussi indispensables pour l’Europe, notamment pour éviter de croire que le monolinguisme anglais en simplifierait la construction… Les langues romanes ? L’avant-garde de cet immense chantier politique de la cohabitation culturelle à construire pour essayer de conjuguer paix et mondialisation.

 

[Parution] Hermès 74. La voie des sens

Le n° 74 sera en librairie le 2 juin 2016

09017-Hermes74La voie des sens
Sous la direction de Brigitte Munier et Éric Letonturier

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Que la communication engage les cinq sens tombe sous le sens… Ce n’est hélas pas toujours le cas. En effet, la civilisation occidentale a établi la prédominance de la vue et de l’ouïe, et la dévalorisation du toucher, de l’odorat et du goût, réputés « animaux ». La dictature des écrans et des casques confirme aujourd’hui cette mise en ordre en nous engageant dans des formes de communication de plus en plus désincarnées. Une réaction semble pourtant se produire, avec des initiatives tous azimuts pour valoriser les « sens de l’intime » : ateliers olfactifs, culinaires, œnologiques, thérapies manuelles, etc. Tout se passe comme si notre époque voulait remettre en question la vieille hiérarchie des sens et découvrir de nouvelles façons, plus chaleureuses, d’expérimenter les relations avec autrui et avec le monde.

Par ailleurs, les sciences humaines, la médecine, la biologie et les neurosciences malmènent nos certitudes : la classification de nos sens ne serait qu’un choix culturel parmi d’autres, nous aurions plus de cinq systèmes sensoriels et nos perceptions fonctionneraient d’une façon globale, croisée et multimodale. De ce foisonnement de projets et de recherches, on attendrait une communication plus authentique et ouverte à l’altérité. Las, le besoin de sensualité a beau être exprimé de différentes façons, il échoue souvent face à des angoisses plus profondes. La vulnérabilité de la chair, par exemple, menacée par la maladie et la déchéance, nous terrifie, étouffant le désir de jouissance et refermant l’individu sur lui-même.

Pour rendre justice à ce domaine si complexe, ample et vivant et en dévoiler les multiples facettes, Hermès a choisi d’en diversifier les approches : à côté de contributions universitaires et pluridisciplinaires, on trouvera des témoignages et des récits. L’objet de ce numéro ? Dans une société ouverte et interactive, comment revaloriser les sens, à la hauteur de la difficulté de les vivre, sans céder ni au réductionnisme ni aux fausses évidences du sens commun ?

[Parution] « [E]réputation médiation, calcul, émotion » dans la collection « CNRS Communication »

CV-e-reputation[E]réputation
médiation, calcul, émotion

Camille ALLOING
parution le 6 mai 2016
CNRS Éditions, coll. « CNRS Communication »
ISBN : 978-2-271-09190-1
280 p., 25 euros

Évaluer une entreprise, commenter un produit ou un service, « liker » un message promotionnel… Le Web produit des réputations. Si les organisations quantifient depuis de nombreuses années les opinions pour évaluer leurs réputations, et orienter leur prise de décision, en quoi le Web modifie-t-il ces approches ? Comment les dispositifs numériques calculent-ils, voire fabriquent-ils ce que l’on nomme couramment
l’e-réputation ? Est-elle un nouveau moyen de s’orienter en ligne autant qu’une nouvelle forme d’autorité ?

Dans cet ouvrage, la réputation en ligne est analysée et discutée selon quatre prismes : documentaire (comme un ensemble d’indicateurs), algorithmique (comme un élément de gouvernance des plates-formes web), affectif (comme un élément de nos sociabilités connectées) et managérial (car pour les praticiens la réputation numérique
« se doit » d’être gérée par les organisations).

Camille Alloing est maître de conférences en sciences de l’information-communication à l’IAE de l’Université de Poitiers. Après avoir été consultant et ingénieur R&D dans les domaines du management de l’information et de l’e-réputation, il consacre ses travaux universitaires aux questions des pratiques de consommation de l’information en ligne, spécifiquement sur des terrains organisationnels.

http://cadderep.hypotheses.org/

[Parution] Bande dessinée et numérique

Collection « Les Essentiels d’Hermès »
Sous la direction de Pascal Robert
CNRS Éditions, 2016, format poche, 8 euros
Commande en ligne

Presse : Lectures/Liens socio

La bande dessinée est née sur papier et peut-être même du papier : depuis les journaux grand public ou spécialisés, les fascicules de petits formats ou les albums cartonnés, jusqu’aux romans graphiques d’aujourd’hui. Mais elle investit également depuis quelques années les supports numériques et se développe sur Internet. Le numérique interpelle la bande dessinée et sans doute la bouscule-t-il quelque peu, car il offre des possibilités que n’autorise pas le papier : introduire du mouvement, du son etc.
Mais alors, est-ce encore véritablement de la bande dessinée ? À l’inverse, la bande dessinée possède une réelle capacité à investir ses supports et à les reconfigurer selon ses propres règles…
Cet Essentiel, illustré par les dessins de Martin Guillaumie, réunit auteurs, acteurs et théoriciens de la bande dessinée. Il fait le point sur la question de la relation entre bande dessinée et numérique pour apporter des réponses et offrir des éléments de réflexion critique.

herossedemandant2Héros se demandant à quel écran il va être mangé – ©Martin Guillaumie, 2016

Sommaire
Présentation générale
La bande dessinée numérique en questions
Pascal Robert
Généalogie de la bande dessinée numérique
Julien Baudry
L’informatisation du processus de production de la bande dessinée
Julien Baudry – Encadré
La bande dessinée numérique vue d’ailleurs
Julien Baudry et Philippe Paolucci
Typologie des bandes dessinées numériques
Magali Boudissa
La BD numérique, entre jeu vidéo et Net Art  ?
Anthony Rageul – Encadré
Sémiologie de la bande dessinée numérique
Julia Bonaccorsi
Pour une sociologie des usages et de l’innovation appliquée aux récits innovants
Julien Falgas
La lecture numérique de bandes dessinées. Repères statistiques
Christophe Evans
Le point de vue des auteurs
Entretiens avec Marc-Antoine Mathieu, Yves Bigerel (Balak), Simon et Olivier Jouvray
« L’indifférence au support » : éditeurs versus  auteurs ?
Benoît Berthou